Définir un corrélat de protection d’un vaccin est une étape essentielle pour le développement de nouveaux vaccins et probablement éviter des études d’efficacité cliniques de très grande envergure en ne faisant que des études d’immunogénicité. Pour les vaccins conjugués pneumococciques il convient de mesurer le corrélat pour chaque sérotype, chaque sérotype étant indépendant. ( Voysey M. et al. )

Serotype-Specific Correlates of Protection for Pneumococcal Carriage: An Analysis of Immunity in 19 Countries

| Dr Jacques Gaillat

Le corrélat de protection du VPC a été évalué à 0,35 µg/ml chez l’enfant pour prévenir les infections invasives. Il … Suite  

Les vaccins conjugués pneumocoque (VPC) ont considérablement modifié l’épidémiologie des sérotypes pneumococciques et ont réduit de façon significative l’incidence des infections invasives à pneumocoque (IIP) y compris chez les non vaccinés. Cette efficacité indirecte pose la question de la place de la vaccination chez l’adulte. ( Shiri et al. )

Indirect effects of childhood pneumococcal conjugate vaccination on invasive pneumococcal disease: a systematic review and meta-analysis

| Dr Jacques Gaillat

En raison de la protection indirecte induite par les VPC les auteurs ont pour objectif d’évaluer non seulement l’intensité mais … Suite  

Cette publication relate une des rares études prospectives évaluant l’efficacité du vaccin pneumocoque polysaccharidique VPP23 au cours des pneumonies non bactériémiques y compris selon les sérotypes en cause. ( M Suzuki et al. )

Serotype-specific effectiveness of 23-valent pneumococcal polysaccharide vaccine against pneumococcal pneumonia in adults aged 65 years or older: a multicentre, prospective, test-negative design study

| Dr Jacques Gaillat

Evaluer « l’effectiveness » du VPS23 (EV) en fonction des sérotypes au cours des pneumonies chez les plus de 65 ans est … Suite  

L’incidence des infections invasives à pneumocoque a diminué depuis l’utilisation des vaccins conjugués. Cette vision globale cache des particularismes liés à des situations épidémiologiques particulières, aux sérotypes eux mêmes, qu’il convient d’analyser. ( Sanjay Jayasinghe et al. )

Long-term impact of a “3+0” schedule for 7 and 13 valent pneumococcal conjugate vaccines on invasive pneumococcal disease in Australia, 2002-2014

| Dr Jacques Gaillat

Le schéma de vaccination avec le vaccin pneumocoque conjugué (VPC) est différent en Australie avec 3 doses à M2,4 et … Suite  

La vaccination avec le vaccin pneumocoque conjugué (VPC) 7 puis 13 valences a indiscutablement eu un effet positif en termes de réduction des infections invasives (IIP) dues aux sérotypes inclus dans les vaccins que ce soit de façon directe chez les plus jeunes, cibles de la vaccination, ou de façon indirecte chez les adultes en particulier après 65 ans. Sous l’impact de la vaccination la loi de la sélection chère à Darwin est en marche avec une modification considérable de l’écologie du portage du pneumocoque et des conséquences qui semblent se dessiner en termes de pathologie. Les possibilités sont énormes avec 97 sérotypes sans parler des clones au sein de chaque sérotype. Lire cet article est indispensable pour qui s’intéresse à la vaccination, pneumococcique en particulier. ( I Galanis et al )

Effects of PCV7 and PCV13 on invasive pneumococcal disease and carriage in Stockholm, Sweden

| Dr Jacques Gaillat

Les recommandations pour le VPC 7 en 2007 puis VPC 13 en 2010 ont été suivies d’une couverture vaccinale de … Suite  

Effet du vaccin anti pneumococcique conjugué 13 valences sur les maladies invasives à pneumocoque en Angleterre et Pays de Galles, 4 ans après son introduction : étude de cohorte observationnelle. ( Pauline A Waight et al. )

Point épidémiologique 4 ans après la généralisation du vaccin conjugué 13 valences en Angleterre et Pays de Galles tant sur le plan clinique (effet direct et protection indirecte) que sur le plan microbiologique avec remplacement des sérotypes vaccinaux par des sérotypes non vaccinaux. Les auteurs posent la question de la nécessité d’évoluer vers une couverture sérotypique plus large le vaccin actuel ayant permis d’obtenir le résultat optimal.

| Dr Jacques GAILLAT

Méthode Estimation des ratio d’incidence (IRR) des infections invasives à pneumocoques (IIP) de sérotype vaccinal ou non entre juin 2013 … Suite