Impact au niveau de la population et effet troupeau au cours des programmes de vaccination HPV : revue systématique et méta-analyse. ( Drolet M. et al )

1ère méta-analyse 7 ans après la généralisation de la vaccination HPV qui montre que l’impact direct sur la population cible (14-19 ans) est important tant pour les condylomes que pour les lésions de haut grade (CIN2 et au-delà). Elle dépend directement du taux de vaccination. L’effet indirect dans la population non vaccinée des femmes plus âgées (20-39) ou des hommes (<20 ans) (protection dite de troupeau) est également significatif pour peu que le taux de vaccination de la population cible soit > 50%. Les taux de vaccination élevés sont dus à la vaccination en milieu scolaire (Angleterre et Australie en particulier), ce qui traduit une politique volontariste.

| Dr Jacques GAILLAT

Méthode Comparaison des périodes pré et post vaccination sur la prévalence des infections HPV pour 4 sérotypes (6-11 pour les … Suite  

L’immuno-modulation induite par le virus de la rougeole favorise la mortalité de cause infectieuse toute cause chez l’enfant. ( Mina MJ et al )

La rougeole est connue pour entraîner une phase d’immunodépression qui peut être responsable d’infections opportunistes et d’une surmortalité. L’efficacité de la vaccination a contrario devrait se traduire par une réduction de cette mortalité non attribuable directement à la rougeole. C’est ce que prône l’OMS mais cependant sans affirmer qu’il y ait un mécanisme immunologique sous jacent. Des auteurs ont proposé l’hypothèse d’une amnésie immune aux agents infectieux autres que le Virus morbilleux (VM). Cette étude épidémiologique de grande ampleur comparant différents pays où la vaccination est réalisée depuis des années et comparant les périodes avant/après la mise en place de la vaccination apporte des arguments importants pour mieux comprendre l’impact positif de la vaccination rougeoleuse qui dépasse la seule prévention de la maladie rougeole.

| Jacques GAILLAT

L’immunodépression suite à la rougeole est connue pour favoriser la survenue d’infections opportunistes sur une période de quelques semaines à … Suite  

L’exposition précoce à la vaccination MMR ou au thiomersal est elle associée à un sur risque d’autisme ? ( Uno Y. et al )

Apporter des arguments objectifs à des rumeurs est toujours difficile. Cette étude japonaise très bien faite sur le plan méthodologique confirme à nouveau qu’il n’y a pas de relation entre d’une part le vaccin MMR (ROR) mais aussi le cumul de la quantité de thiomersal apporté par d’autres vaccins dans une population homogène sur le plan génétique. Une pièce de plus à verser au profit du dossier de la vaccination. Rappelons qu’il n’y a plus de thiomersal dans la plupart des vaccins.

| Dr Jacques GAILLAT

L’autisme a un déterminisme génétique prédominant mais des facteurs déclenchant environnementaux seraient possibles, la survenue de l’autisme chez des vrais … Suite  

Protection non spécifique (hétérologue) de la vaccination néonatale par le BCG contre les hospitalisations dues aux infections respiratoires et les sepsis. ( de Castro MJ et al )

Face au déclin de la tuberculose en Europe, la décision d’arrêter totalement la vaccination par le BCG serait-elle raisonnable ? L’action préventive du BCG irait en fait bien au delà de la prévention de la seule tuberculose. Elle serait à l’origine d’une protection non spécifique dite hétérologue vis-à-vis d’autres infections ou pathologies non infectieuses. Cet article espagnol apporte des arguments objectivés par une réduction significative des infections respiratoires et des sepsis chez les enfants et adolescents ayant été vaccinés par le BCG.

| Jacques GAILLAT

Introduction En Espagne, seul le pays Basque à conserver une vaccination systématique par le BCG dès la naissance. Cette situation … Suite  

Efficacité d’un vaccin polysaccharidique anti pneumococcique 23 valences dans la prévention des infections invasives et des pneumonies hospitalisées, dans une population agée de plus de 65 ans. Etude cas-contrôle rétrospective. ( Maya Leventer-Roberts et al. )

Le vaccin pneumocoque polysaccharidique est inefficace sur la prévention des pneumonies toute cause et reste efficace sur la prévention des infections invasives à pneumocoque chez les patients âgés de 65 à 74 ans

| Jacques GAILLAT

Etude rétrospective populationnelle étudiant à partir de la base électronique des patients, d’une part les infections invasives à pneumocoques (IIP), … Suite